- / Expositions - / Hors les murs

Jusqu’au 14 novembre

EXPOSITION SERGIU ZANGU

vendredi 14 novembre 2008, par TVbien

Exposition Jusqu’au 14 novembre

dans l’atrium de l’hôtel de ville Aubervilliers

ce vendredi de 8h30 à 17h

Par Sergiu Zangu



Les Infos : http://www.aubervilliers.fr/actu4930.html

Exposition du peintre Sergiu Zangu

Dans l’atrium de l’hôtel de ville du 31 octobre au 14 novembre 2008.

Ouverture du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h et le samedi de 8 h 30 à 12 h.

Cette exposition représente peut-être les adieux de l’artiste à la ville où il a créé son œuvre depuis février 1992.

Il vient d’être expulsé de son atelier qui faisait partie depuis 1996 du pôle artistique l’USINE LIQUIDE créé dans une vieille friche industrielle appartenant à Air Liquide Santé France.

Artiste peintre d’origine roumaine, SERGIU ZANCU a débuté son activité en 1978 à la fin de ses études à l’Institut National de Beaux Arts de Bucarest.
Son œuvre a évolué du figuratif à l’abstrait. Il la conçoit toujours comme une représentation de la réalité perçue comme une incessante évolution.

- Contact :
Galerie Gérard Hadjer
130 rue du Fg. Saint Honoré 75008 Paris
Tél. :01 42 25 05 31 - 06 81 27 56 89

- Extrait de Sergiu Zancu, une élégie peinte de Ileana Cornea, Avril 2006, Paris

Il mise sur la sensation comme un autre artiste mise sur l’intellect.
La sensation désigne cette attitude que certains artistes ont par rapport aux choses qui les entourent et dont ils interrogent le sens.
L’esprit est là pour la reconnaître, le geste permet sa matérialisation.

Il est arrivé à l’abstraction par expérience. C’était son "Saut dans le vide" existentiel.
Il voulait passer à quelque chose d’autre. Transpercer l’image des choses, atteindre leur présence enveloppante.
Mais la nature est là, fascinante. L’œil— fut-il éduqué— s’en souvient. C’est elle seule qui rappelle à l’être sa profonde appartenance au fond dont il émerge.
Pas pour rien qu’il a peint aussi des visages. Le visage est paysage. Là encore, ce n’est pas le contour d’une image qui l’intéresse, mais les forces en mouvement qui l’animent.

Entre la figuration et la non-figuration, comme le combat de Jacob avec l’Ange, l’artiste fait preuve de lyrisme.